Echange multilatéral Bristol

Un échange multilatéral entre les services de contrôle s’est déroulé à Bristol, au Royaume-Uni, du 19 au 24 septembre. Ils étaient axés sur la fraude au tachygraphe numérique et l’inspection de véhicules au niveau des défauts techniques et des cargaisons.

VOSA, la Vehicle and Operator Services Agency en était l’hôte. L’agenda de la semaine était constitué d'un mélange équilibré de théorie et de pratique. Les cours à la Berkeley House, le quartier général de VOSA, alternaient avec des contrôles routiers sur site à Tormarton et Coldra (Newport). Les chauffeurs contrôlés étaient souvent surpris d’être interpellés dans leur propre langue. Les participants à l’échange se sont également rendus dans le centre d’inspection technique propre à VOSA, situé à Avonmouth, où ils ont pu se familiariser avec la façon dont VOSA contrôle l'état technique des camions. Il était surprenant de constater à quel point l'ampleur des amendes pour les défauts au véhicule diverge entre les différents pays.

Les cours étaient assurés par des contrôleurs de VOSA. Après une présentation générale de VOSA et de ses activités, les exigences imposées aux conducteurs britanniques ont également été abordés en détail de même que le système de classification des opérateurs en fonction du risque de non-conformité.

Ce système permet, sur la base d'un code de couleurs (Rouge, orange ou vert) de déterminer si un chauffeur représente un risque pour la sécurité routière et s’expose dès lors à une probabilité accrue d’être contrôlé. Étant donné les milliers de véhicules qui circulent quotidiennement sur la route, il est évidemment impensable de pouvoir contrôler tout le monde. Il s’agit donc de contrôler les camions dont il est plus probable qu’ils ne soient pas en ordre. Euro Contrôle Route a développé un système similaire qui a été diffusé dans les états membres avec l’aide de la Commission européenne.

La fraude et la manipulation des tachygraphes numériques ont évidemment également fait l’objet d’une attention approfondie. Le non-respect des temps de conduite et de repos semble encore toujours être à ce point profitable que les transporteurs ont recours au x méthodes les plus ingénieuses pour saboter le fonctionnement des tachygraphes. L’échange d’expériences et le transfert de connaissances entre les contrôleurs est extrêmement important dans ce genre de situation. Il en va de même pour les défauts techniques et les cargaisons. La situation est encore toujours telle que ce qui est toléré dans un pays est strictement interdit dans un autre. Nous avons également pu constater avec beaucoup d’intérêt que chaque pays aborde le contrôle des véhicules avec une nuance qui lui est propre. Outre les présentations faites par VOSA, il y avait
également des présentations au sujet de l’inspection allemande des transports routiers, la BAG, et au sujet d’ECR.

Une organisation sans faille a permis aux participants d’accroitre leurs connaissances en ce qui concerne la manipulation des tachygraphes numériques et des contrôles techniques et à tout un chacun de mieux apprendre à connaître ses collègues des autres États membres d’ECR. Au-delà de ce transfert très adéquat et formel de connaissances, la force de échanges multinationaux réside dans l’établissement de contacts entre collègues de tous les pays. Si le transport de marchandises ne s’arrête pas aux frontières, les contrôles non plus. Ce n’est que par une coopération intensive et un apprentissage mutuel qu'un transport routier plus sûr et concurrentiel pourra voir le jour. ECR en est l’outil par excellence.


X  Recent articles
Tous articles